“Mets ta main sur ma main. Montrez-moi le chemin. Il s’est couché avec son sommeil contre le sien, mais elle a immédiatement tourné la tête et regardé droit dans ses yeux couleur caramel. Elle a été surprise par ce qu’il a dit, mais elle savait qu’elle ferait tout ce qu’il lui demanderait. Cela aussi. Même si ce n’était pas du tout comme elle l’était dans des circonstances normales : timide et timide, et surtout très peu sûre d’elle.

Elle fronce les sourcils désespérément, parvient enfin à détourner son regard du sien, puis saisit sa main qui gisait immobile sur son ventre depuis quelques minutes. Il avait déjà enlevé sa robe d’été à fleurs il y a longtemps – cela aussi dépassait largement sa zone de confort – alors maintenant elle n’est plus habillée que d’un soutien-gorge noir très simple et d’une culotte en coton à côté de lui. Elle a senti le froid de la pièce sur toute sa peau, seule la partie où se trouvait sa main, avec la sienne sur le dessus, était chaude. Elle s’est sentie soulagée quand elle a réalisé que la chaleur rayonnante se répandait de là sous tout son corps. Ses joues sont immédiatement devenues un peu plus rouges.

Sa respiration s’accélère et elle lui serre la main pendant un moment, surtout pour se rassurer. Puis elle a doucement poussé sa main vers ses seins. La seule pensée qu’il l’ait touchée là a provoqué une vague d’excitation sur tout son corps. Les yeux fermés, elle a poussé sa main millimètre par millimètre sur sa peau froide. Elle a serré ses fesses un peu plus fort, parce qu’entre-temps, elle brillait là aussi, plus intensément que partout ailleurs sur son corps. Leurs mains ont atteint le bord inférieur de son soutien-gorge et même sans son aide, il a réussi à glisser soigneusement ses doigts sous celui-ci. Sa main a glissé de la sienne et il a continué son exploration tout seul. Son index a touché un mamelon raide et elle a gémi doucement, laissant tomber sa main à côté de son corps. Il a tiré les bretelles de son soutien-gorge sur ses épaules, repoussant les bonnets préformés loin de devant ses seins. L’excitation de ce qui allait venir, de ce qu’elle voulait tant, lui a coupé le souffle. Ses doigts ont glissé vers ses mamelons, il les a doucement massés entre son pouce et son index. Elle ne pouvait pas empêcher son corps de se tortiller sous ses caresses et elle sentait grandir le désir d’être touchée par lui ailleurs à chaque seconde qui passait. Il ne semblait pas s’en soucier pour l’instant, se concentrant entièrement sur ses seins et ses mamelons, l’endroit où elle lui avait montré la voie. Il l’a fait avec dévouement et dévotion, n’en négligeant pas un seul millimètre carré. Ses mamelons rose pâle se dressaient fièrement et pointu sous son contact, ses seins étaient lourds.

Il lui fallut un certain temps avant de rassembler assez de courage, mais son désir s’avéra plus grand que son hésitation et elle posa à nouveau la main sur le sien. Doucement, elle l’a emmené loin de ses seins, sur son ventre, plus bas. Il n’a même pas semblé surpris par ce qu’elle faisait, se laissant volontiers montrer le chemin par elle. Leurs mains se rapprochaient de plus en plus du bord de sa culotte et elle retenait son souffle tendu. Sa main a lentement glissé de la sienne, elle ne s’est presque pas rendue compte de ce qui se passait. Il a immédiatement tenu sa main immobile.

Il lui a demandé : “Voulez-vous que j’arrête ?” et elle a senti son souffle chaud caresser sa joue. Elle était incapable de parler, mais secouait désespérément la tête. Non, ne vous arrêtez pas !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *